AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it's just crazy ꞊ romy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

welcome to lonwook
◊ MESSAGES : 91
◊ PRENOM/PSEUDO : sparrow
◊ DOUBLE-COMPTE : capucine marshall et dana ashcroft
◊ CREDITS : ©alaska(ava), ©tumblr (sign)
◊ AVATAR : jamie dornan

Feuille de personnage
⊹ votre club: aucun.
⊹ vos relations:

MessageSujet: it's just crazy ꞊ romy   Dim 4 Oct - 16:18


— i know i'm dancing with the devil. darken up my heaven, brighten up my hell @marinakaye

Une journée de plus de travail. Jay avait parfois l'impression que sa vie était programmée à la minute près. Il n'y avait pas de place pour l'improvisation, c'est pour cela que le jeune homme faisait un autre boulot, moins conventionnel, le soirs, tard et lors de son temps libre. Inspirant profondément, Jay finit par sortir du magasin de fringues dans lequel il était. Cela ne faisait que deux mois qu'il était en ville et il devait penser à se faire une garde robe. Tout était resté à Los Angeles, même pas le temps de faire une valise de vêtements qu'il était déjà dans sa voiture, près à tracer la route. Bon, il ne faut pas dire que Jay il aime le shopping, c'est totalement faux et s'il pouvait se contenter d'un sac poubelle pour s'habiller, il le vivrait mieux. Mais lorsqu'on est agent au sein du fbi, il faut tout de même, être bien sur soie. Inspirant profondément, il marchait d'un pas lent vers l’ascenseur pour s'en aller de ce monde pitoyable. Il lui pressait déjà de se coucher dans son lit, enfin plutôt celui de sa chambre de motel. Jay, ce n'était pas un grand bavard et il avait du mal avec l'amitié, les sentiments et tout ce qui va avec. Sans doute trop déçu des gens, de ce qu'il a vu. Finalement, l'être humain lui semble faux parfois alors, il n'a pas envie de souffrir pour si peu.
Il appuya sur le boutons de l’ascenseur, jetant un regard derrière son épaule. La galerie était bondée de monde aujourd'hui, de famille, de couple. Il les regardait parfois, avec un léger sourire aux lèvres. Il les enviait, d'une certaine manière, sans pour autant se remettre en question. Jay savait que ce n'était pas pour lui ce genre de chose, ce genre de truc que font le petit peuple lambdas. Finalement, l’ascenseur sonna une fois, ouvrant ses portes sur une petite brunette au visage un peu maussade. Elle n'avait pas l'air triste, ni heureuse, simplement fade. (La pauvre). Jay arqua légèrement un sourcil avant de pénétrer dans la cabine tout en la fixant de ses yeux azurs. Il lui fit un léger signe de tête pour lui dire bonjour et rester polie. Oui Jay était polie, sans doute un peu trop parfois et ça avait tendance à agacer. Il appuya sur le bouton du rez de chaussée et les portes se refermèrent sur les deux jeunes gens. Pas un mot dans l’ascenseur alors que celui-ci attaquait sa descente lente. Le jeune homme leva les yeux au plafond et se mit à siffler légèrement. L'ambiance était lourde, sans doute elle qui était préoccupée par quelque chose de grave. Jay avait un don pour ressentir ce que les gens pensaient. Ce n'était pas un voyant, je vous rassure. Mais les manies, les gestes et les silences dévoilaient beaucoup de choses.

Tout à coup, l’ascenseur s'arrêta net dans un bruit sourd. Jay fronça les sourcils et se mit à regarder le pupitre des boutons. Ca clignoter dans tous les gens. Pas très rassurant tout ça mais Jay garda son calme et son sang froid. Une petite panne, juste ça. Il essaya d'appuyer sur les boutons afin de faire réagir la bête mais en vain. Bordel de merde ! Et lui qui rêvait déjà de son lit et de son verre de whisky. « Merde ! Je crois que c'est en panne. » Bien vu monsieur. Il appuya plusieurs fois sur le bouton de l'alarme afin d'essayer d'avoir les mécaniciens de cette galerie. Pas de réponse pour le moment. « J'espère que ça ne va pas durer longtemps. » dit-il en tournant le regard vers la demoiselle. Est-ce qu'elle avait bouffé un chat ou quoi ? Parce que sa mine était vraiment affreuse. « Vous n'êtes pas claustrophobe au moins ? » Il valait mieux.

_________________

    JUST LIKE AN ANIMAL

    i'm taking it slow, feeding my flame. shuffling the cards of your game. and just in time, in the right place, suddenly i will play my ace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

welcome to lonwook
◊ MESSAGES : 66
◊ PRENOM/PSEUDO : mymy
◊ CREDITS : @Poldark
◊ AVATAR : Sophia dear Bush

Feuille de personnage
⊹ votre club: au fond, aucun mais mariée à Wane elle s'est mariée aux Sons of anarchy
⊹ vos relations:

MessageSujet: Re: it's just crazy ꞊ romy   Mar 6 Oct - 22:06


DON'T ALWAYS PLAN EVERYTHING OR YOU'LL NEVER GET SURPRISE. GOOD OR NOT, IT MAKES YOUR LIFE SURVIVABLE.


Dernièrement, chaque jour avait la même couleur, la même odeur, le même goût pour Romy. L’amertume d’une vie qui ne lui convenait plus et qu’elle était forcée de vivre, la culpabilité de ne pas pouvoir garder la tête haute parce qu’elle était coupable de son état. Même la maladie l’avait abandonné, trouvant probablement des sujets plus intéressants à torturer. Plus rien n’avait de sens et pourtant, elle continuait à se réveiller le matin et à suivre ses mauvaises habitudes, allant chaque jour un peu plus loin. Privée de son unique passion : son métier, elle était obligée de s’occuper autrement. Pour elle qui détestait ruminait ses problèmes, même quand elle en était hantée, la moindre occupation était la bienvenue. C’est comme ça qu’elle se porta volontaire pour faire quelques courses, et pas seulement pour elle. Sa liste fin prête, elle s’était rendue au centre commercial. Parce qu’elle se rendait dans un lieu public, elle avait revu à la baisse le taux d’alcool dans son petit déjeuner, la caféine faisant office de pauvre compensateur. Heureusement, les médicaments qu’elle prenait l’aidaient à porter son courage à deux mains et à supporter la foule, les regards, les sourires. Sa mine était toujours affreuse, elle commençait à s’y faire et le contraire pourrait même la bouleverser. Elle ne savait plus se trouvait belle et ses efforts étant nuls pour améliorer la chose, ça ne faisait qu’empirer. Perdre confiance en sa famille avait eu pour résultat de lui faire perdre confiance en elle. La maladie n’avait fait que donner une forme physique à ce mal être. Et c’était dans le regard de celui qu’elle appelait son « mari » que cet affreux reflet était le plus frappant. Dans la foule du centre commerciale, elle avait l’impression de passer inaperçu, un sentiment encourageant contrairement à ce qu’on pourrait imaginer. Le tableau était presque pathétique, elle traînait des pieds, seule au milieu de ses familles enchantées, ses couples démonstratifs et ses bandes de femmes imaginant conquérir le monde avec une nouvelle paire de chaussures et quelques accessoires. En passant devant une vitrine, Romy s’arrêta une minute. Avant elle n’aurait pas hésité une seconde à rentrer et essayer tout ce qui lui tapait à l’œil pour finalement faire exploser ce salaire de chirurgien, durement gagné. Pourtant aujourd’hui, elle préféra rester dehors, contemplant cette robe dont elle ne saurait que faire de toute façon. Un léger soupire mit fin à son tourment et elle continua sa marche jusqu’à l’ascenseur le plus proche. Il n’était pas question pour elle d’acheter autre chose que ce qui apparaissait sur le petit bout de papier glissé dans sa poche. Quand l’ascenseur arriva à son étage, il était vide. Elle hésita une seconde et s’y réfugia. Une fois les portes fermées, un lourd silence s’imposa, la mettant terriblement mal à l’aise. Elle entendait presque sa conscience. Autant vous dire qu’elle aurait donné n’importe quoi pour voir entrer au prochain étage, une famille agitée et bien bruyante. Quand les portes s’ouvrirent à nouveau, elle fit face à un autre schéma. Un homme imposant par son charisme et sa politesse qu’elle releva timidement par un sourire en coin. Alors, pour trouver une parade à son enfer, elle le détailla du regard et s’imagina tout un scénario autour de lui. Ça n’allait durer qu’une minute de toute façon, elle sortait au prochain étage. Sa barbe bien taillé lui donnait l’impression d’un homme soigné, peut être un brin sûr de lui. Un portrait assez conventionnel et pourtant, elle avait envie d’y voir autre chose. Alors que son imagination allait prendre le dessus sur la situation, un bruit sourd mit fin à sa démarche. « Merde ! » L’appareil ne donnait plus aucun signe de vie, la lumière s’était éteinte une seconde pour se rallumer faiblarde, les boutons du tableau de bord déliraient complètement et face aux réactions mesurées de son compagnon de voyage, Romy était restée paralysée dans le fond de l’ascenseur. Est-ce qu’il avait besoin d’être aussi bavard ? La Situation était déjà pénible sans avoir besoin d’en rajouter. Claustrophobe ? Pas le moins du monde, pourquoi lui demandait-il ça ? Avait-elle donné l’impression de paniquer ? Non, elle était simplement saoulée. « Absolument pas. » Bon, elle devait clairement se détendre parce qu’il n’avait rien dit de mal et était le seul à agir pour que quelqu’un intervienne. Finalement la compagnie aurait pu être bien plus mauvaise. « Je pense que ça va prendre du temps … » constata-t-elle en tentant sa chance et appuyant sur le bouton d’alarme. Elle soupira brutalement et décida de s’asseoir. L’espace n’était pas très grand et elle plia les genoux pour lui laisser l’occasion de faire de même. Le silence était absolument terrible et désormais quand elle le regardait, elle n’arrivait pas à s’imaginer un scénario rocambolesque. Elle n’était pas très combative et comptait attendre silencieusement que les choses avancent. Et puis tandis qu’elle glissait la tête dans ses mains, son téléphone sonna. Elle le sortit de sa poche et y jeta un coup d’œil découvrant le nom de Wane. Elle l’observait un instant et puis raccrocha volontairement, si c’était important il lui laisserait un message et puis de toute façon elle n’allait pas pouvoir faire grand-chose de là où elle était. Finalement, elle aurait peut-être dût corser son café ce matin. Son regard croisa alors celui de l’homme qui l’accompagnait. Homme loin d’être désagréable à regarder et dont elle avait un peu honte d’être en présence avec sa mine blafarde. « J’espère que vous n’étiez pas attendu. » Elle avait pu remarquer qu’il insistait beaucoup sur ce tableau de bord.

_________________

    ALREADY GONE.

    She smiled only because it felt like It was the right thing to do at that time. she decided that It was enough, she couldn't be strong anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

it's just crazy ꞊ romy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Initial D 2 sur borne Crazy Taxi : levier de vitesse
» [Sarkobolt] [Gob] [Crazy Jokers] [- OK -]
» Crazy Machines
» Installeur de Crazy Winter Edition
» Crazy Talk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ TROUBLE IN THE CHAOS :: ~ PART THREE :: quartier madison valley :: city mall-